Les infos d'Égypte

Le sport à l’épreuve du réchauffement climatique

Arrivée du marathon féminin des Championnats du monde d’athlétisme de l’IAAF Doha 2019 à Doha, au Qatar, en septembre 2019.

Les images de marathoniens, victimes de malaises dans la chaleur nocturne écrasante de Doha, en septembre 2019, lors des mondiaux d’athlétisme, avaient frappé les esprits.

Comme celles de ces joueurs et joueuses de tennis suffoquant pendant les qualifications de l’Open d’Australie, quatre mois plus tard, sous les fumées toxiques dégagées par les incendies monstres qui ravageaient le pays, brûlé tous les ans par des étés à plus de 50 °C.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Pour l’Open d’Australie, l’épreuve du feu

Chaque hiver, combien de stations de montagne en France doivent fermer par manque de neige, quand d’autres en acheminent par hélicoptère, comme à Montclar (Alpes du Sud) ou à Superbagnères (Pyrénées) en 2020, refusant de voir l’inévitable épuisement du filon blanc ? Sera-t-il seulement encore possible de faire du ski dans vingt ou trente ans à moins de 2 000 mètres ? De faire son jogging sans suffoquer ?

Le WWF France a publié, mardi 6 juillet, un rapport évaluant l’impact du dérèglement climatique sur la pratique sportive dans l’Hexagone. Cette étude est la première du genre avec des données aussi précises, fait valoir l’organisation non gouvernementale (ONG). Confronté à une hausse des températures, le sport, comme toutes les activités humaines, sera profondément bouleversé, souligne-t-elle. Non seulement les performances et la pratique au quotidien, mais aussi la gestion des équipements (gymnases, salles de sport, etc.) et la pérennité des sites naturels.

Deux exemples sont développés par l’étude : une hypothèse de réchauffement à l’horizon 2050 de + 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels, soit l’augmentation maximale de la température préconisée par l’accord de Paris de 2015, et une autre de + 4 °C d’ici à 2090. « A + 2 °C, nous sommes encore en mesure de nous adapter, à + 4 °C, on assisterait à une remise en cause des fondements de la société humaine, met en garde Isabelle Autissier, la présidente d’honneur du WWF. Tout n’est pas perdu, mais, et c’est un fait, nous connaissons deux fois plus de vagues de chaleur qu’il y a trente ans. »

Hyperthermie, déshydratation…

Certains bouleversements sont déjà à l’œuvre : la Terre s’est réchauffée de plus de 1 °C depuis la fin du XIXe siècle, les pollutions atmosphériques et marines sont de plus en plus importantes, la fonte du manteau neigeux s’accélère… Réclamant du monde du sport qu’il s’adapte dès maintenant, soutient le WWF.

Un exemple parmi d’autres : la moitié des 60 000 gymnases et des salles de sport en France – construits avant 1987 – sont inadaptés à la multiplication des épisodes caniculaires, qui pourraient doubler d’ici à 2050, rappelle l’ONG. La pratique du sport en intérieur deviendrait alors impossible sans travaux de rénovation thermique.

Il vous reste 54.98% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

المصدر: https://news.google.com

أخبار مصر اخبار رياضية
اظهر المزيد

مقالات ذات صلة

اترك رد

زر الذهاب إلى الأعلى
%d مدونون معجبون بهذه: